Foto Sabine Ghionda Peters

Aux origines du projet, il y a le constat simple et sans appel de Sabine Peters, la fondatrice de GLOSS and BOSS : quand on est une femme avec un parcours « pluriel » qui compte des interruptions, des reconversions, des virages à 360° et que l’on a mis en veille sa carrière pour un temps plus ou moins court, il n’est pas simple de revenir sur le marché du travail, de valoriser son parcours et de le faire rentrer dans les « cases ». Le constat est identique quand on est une femme au parcours linéaire, que l’on est depuis de longues années dans le même secteur d’activité, dans le même poste depuis 10, 15 ans et que l’on souhaiterait évoluer, trouver d’autres opportunités, il n’est pas simple non plus de sortir de sa « case ».

 

Sabine a été agent littéraire, consultante bénévole, DRH, juriste et pas forcément dans cet ordre. Après avoir observé à titre personnel et dans son entourage, les difficultés des candidates versus la richesse de ce qu’elles peuvent et veulent apporter, Sabine a opéré un nouveau virage dans sa vie professionnelle vers l’entrepreunariat pour créer GLOSS and BOSS.

Des convictions


LA CONVERGENCE DE DEUX PUBLICS À FORT POTENTIEL MAIS QUI S’IGNORENT

Il existe un vivier de talents à très forte valeur ajoutée et des entreprises qui ont besoin de ces profils pour croître, s’exporter, se développer…c’est un gâchis d’un côté comme de l’autre et qui s’explique notamment par la persistance de clichés, de préjugés et de de barrières qu’il faut faire tomber ; et le premier d’entre eux le CV souvent réducteur et peu lisible pour les recruteurs.

LA NÉCESSITÉ DE FÉMINISER LES ÉQUIPES ET LES ENTREPRISES

Nous pensons que la mixité et la diversité sont créatrices de valeurs, à la fois humaines et économiques au sein de l’entreprise et sur le marché du travail. Les différentes études menées sur le sujet ne nous détrompent pas, bien au contraire. Pour autant, les femmes se retrouvent encore entre « le plancher collant » et « le plafond de verre ». Ce que nous souhaitons faire chez Gloss and Boss, c’est sortir des modèles actuels et casser les préjugés mais aussi l’autocensure. la recherche d’emploi.

LA VOLONTÉ DE S’INSCRIRE DANS UNE DÉMARCHE ESS

A la fois en s’adressant principalement à une cible « candidate » victime de préjugés et de discrimination dans leur vie professionnelle, dont le taux d’employabilité est inférieur à celui des hommes mais également dans ses méthodes : une technique de matching qui facilite l’inscription à celles et ceux qui ont des parcours dits « atypiques » ou ont connu des ruptures de carrière, et vont avoir davantage de difficultés à se réinscrire dans la recherche d’emploi.

L’équipe