Du sol au plafond

Après le (malheureusement) célèbre plafond de verre, une étude belge vient de conceptualiser un autre phénomène que vivent les femmes au cours de leur parcours et qui entrave leur carrière : le plancher collant.

Le terme n’est pas très heureux, à l’image de ce qu’il démontre. En effet, selon l’étude menée par une professeure de l’Isieg, School of management, Anne-Sophie de Paw les femmes sont bloquées à des fonctions moins élevées que les hommes et ce, dès le début de leurs carrières et de leurs premières tentatives  d’évolution.

Cette conclusion est le résultat de l’analyse de l’envoi de 1200 cv fictifs (niveau licence à Master 2) pour des postes qui constituaient une véritable promotion par rapport au dernier job occupé.

Le taux de contact obtenu auprès des recruteurs en fonction du sexe du candidat est sans appel : une femme a 33% de chances de moins qu’un homme d’être retenue pour un entretien d’embauche pour un poste entraînant une promotion fonctionnelle, alors que les chances sont quasi-égales pour les postes impliquant une promotion managériale.

Deux raisons à cela. D’une part, des préjugés qui ont la vie dure. En effet, les postes les plus complexes sont souvent attribués aux hommes car les employeurs les considèrent comme plus productifs, plus directs, plus cartésiens. D’autres part, une forme d’autocensure de la part des candidates. Certaines hésiteraient dès le début de leurs carrières à prendre des postes qui ne leur permettrait pas à terme de concilier vie familiale et professionnelle. Voire  elles utiliseraient la technique de l’évitement pour anticiper toute discrimination.

Conclusion, il faut oser ! bouger les lignes ! briser les cases ! L’audace doit être conjointe, venir des employeurs comme des femmes elles-mêmes, pour qu’elles ne restent pas bloquées entre le plancher collant et le plafond de verre.

« Do Employer Preferences Contribute to Sticky Floors ? » de Ann-Sophie De Pauw, Stijn Baert et Nick Deschacht, étude publiée dans  » Industrial and Labor Relations Review  » (mai 2016). 

L’équipe